Ascendance Huguenote

Avec l’affichage des " Quatre-vingt quinze thèses " sur la porte de l’église du château de Wittemberg , le 31 octobre 1517, Martin Luther fait entrer la Réforme dans sa phase active. En compagnie de Calvin et Zwingli, il transforme une Renaissance européenne artistique en une Renaissance spirituelle. La propagation de celle-ci par les livres ouvre une des page les plus sanglante de l’histoire européenne et une des plus noire de l’ Eglise Catholique. Les persécutions dont sont victimes les protestants, en particuliers dans le Royaume de France, les obligent à fuir en deux vagues leur pays. La première est la conséquence directe des Guerres de Religions, le seconde celle de la Révocation de l’ Edit de Nantes par Louis XIV.

Du point de vue généalogique, on notera que dés 1541, les Huguenots instituent des registres de baptêmes comportant le nom des parents. Les registres de mariages, puis de sépultures suivent avec des différences locales le même exemple. On peut également noter que même durant la difficile période du Désert, les pasteurs itinérant tiennent des listes très souvent inscrites sur des Bibles.

En Haute-Vienne, et malgré l’appartenance de la Vicomté de Limoges à la famille d’Albret, puis à celle de Bourbon, seule la Vicomté de Rochechouart passe à la Réforme en 1559. Celle-ci s’étend alors sur plusieurs kilomètres au sud de la ville de Rochechouart et comprends en particuliers les villages de Vayres, Biennac, Chassenon, Presssignac, Saint-Auvent, Oradour sur Vayres, le Boucheron, et Massignac. La Contre-Réforme est cependant très active et à la mort du Vicomte en 1561, son fils retourne au catholicisme. Les Huguenots sont alors soutenus par le Vicomte de Turennes jusque vers 1630, puis leur nombre décroit, pour ne plus apparaître après 1681.

En Vaucluse, le protestantisme connaît un de ses foyers les plus puissant avec la communauté Vaudoise du Lubéron. Fuyant les persécutions des Huguenots Lyonnais et d’autre venant des vallées Alpines trouvent refuge dans cette région déserte de Provence. Ils sont cependant parmi les premiers à connaître les persécutions et les malheurs des Guerres de Religions. En avril 1545, les villages de Cabrières d’Avignon, Cabrières d’Aigue, Murs, Lacoste, Mérindol, Silvacane, Lourmarin, Peypin d’Aigue, La Motte d’Aigue et Saint Martin de la Brasque sont pillés, les populations sont massacrées ou déportées. Malgré cela, la flamme protestante ne meurt pas et c’est autour du village de Lourmarin que se constitue la nouvelle communauté, qui malgré les conversion en masse de 1685, survécue à la monarchie.

Beaucoup de Huguenots ont cependant quitté la France pour trouver accueil en Angleterre, en Hollande, en Ecosse, dans certains états allemands, voir en Russie. D’autre partent plus loin encore pour créer de nouvelles communautés comme en Floride, en Louisiane, et même au Québec. Certains se liant aux Anglais ou Hollandais s’installent dans les colonies américaines et en Afrique du Sud.